dans le groupe VEILLE: Environnement/Santé/Biodiversité/Eco-innovations

Les pesticides mis en cause dans les retards cognitifs chez l’enfant...

Les impacts des pesticides sur la santé se précisent.

Une étude de l’Inserm démontre le rôle des pyréthrinoïdes dans le développement cognitif de l’enfant.

Des chercheurs de l’Inserm et des psychologues de l’université de Rennes ont étudié le lien entre l’exposition des enfants à une famille d’insecticides, les pyréthrinoïdes, et le développement cognitif. Les pyréthrinoïdes sont une famille d’insecticides largement utilisés : agricole, vétérinaire, mais aussi domestique, notamment dans les shampooings anti-poux.

Ils ont pour cela fait appel à une cohorte d’environ 3 500 couples mère-enfant, suivis depuis 2002.

Des analyses ont été menées pour estimer l’exposition des enfants, âgés de six ans, aux pesticides, et ont été comparées avec les mêmes mesures réalisées pendant la grossesse chez la mère.

Le développement cognitif a quant à lui été estimé par des psychologues en tenant compte de l’environnement et du milieu familial. Résultat : la présence de deux métabolites de la dégradation des insecticides est reliée à une baisse significative des performances cognitives, ce qui n’est pas le cas pour les sous-produits de trois autres molécules.

Ces résultats ont été publiés dans la revue Environmental International.

Parallèlement, une autre étude réalisée par le CHU de Montpellier, publiée cette fois dans European Urology, établi un lien entre l’exposition de la mère aux perturbateurs endocriniens et une incidence plus élevée d’hypospadias (défaut de positionnement de l’urètre chez les garçons).

L’environnement (incinérateur, zone agricole ou industrielle) est un facteur aggravant.

Pour en savoir plus :
L'étude de l'Inserm
L'étude du CHU de Montpellier

AC

Aucun commentaire