dans le groupe VEILLE: Environnement/Santé/Biodiversité/Eco-innovations

Gaz de schiste : l'état de New York interdit la fracturation hydraulique...

La fracturation hydraulique n'a plus droit de cité dans l'Etat de New York aux Etats-Unis : suite à un rapport du département de santé de l'Etat, le gouverneur Andrew N. Cuomo a jugé que cette pratique destinée à extraire du sous-sol du pétrole et du gaz présentait des risques pour la santé publique et pour l'environnement.

Les autorisations de forages sur place étaient déjà suspendues depuis 2008.

Les écologistes américains ont gagné la partie dans l'Etat de New York : le gouverneur Andrew N. Cuomo a interdit le 17 décembre la fracturation hydraulique pour extraire du sous-sol du gaz et du pétrole de schiste.

Il a pris cette décision après avoir consulté un rapport réalisé par le département de la santé de son Etat .
Un moratoire sur les autorisations de forage était en cours depuis 2008 dans cette région des USA.

La fracturation hydraulique implique d'injecter d'importantes quantités d'eau, de sable et de produits chimiques dans la croûte terrestre à une pression très forte, pour libérer le gaz naturel et le pétrole emprisonnés dans le sous-sol.

Le commissaire à la santé chargé de présenter l'étude au gouverneur, le docteur Howard A. Zucker, a expliqué que cette pratique présentait des risques significatifs pour la santé publique. Elle conduirait notamment à une pollution de l'eau et de l'air avec des composés organiques volatils toxiques, que le corps humain ne parvient pas à éliminer.

PEU D'IMPACT SUR LA PRODUCTION NATIONALE D'ÉNERGIE

C'est la première fois qu'un Etat interdit cette pratique aux Etats-Unis.
Mais, bien que la région de New York soit assise sur d'importantes réserves de schistes contenant du gaz naturel, "elle n'est pas considérée comme une importante productrice d'énergie", explique Michael Webber, directeur adjoint de l'Institut de l'énergie de l'université de Texas-Austin au quotidien USA Today.

Cette interdiction n'aura que peu d'impact sur la production nationale d'énergie. Pour Michael Webber il est peu probable que les états produisant beaucoup d'énergie, comme le Texas, imitent New York, car leurs dirigeants politiques ont des liens plus étroits avec les entreprises pétrolières.

Lélia de Matharel

Aucun commentaire