dans le groupe VEILLE: Environnement/Santé/Biodiversité/Eco-innovations

Bisphénol A : à quoi joue l'Agence européenne de sécurité des aliments ?...

L'agence européenne a blanchi le bisphénol A, a contrario de multiples études et de l'autorité sanitaire française. Une décision "stupéfiante", selon le Dr Chevallier.

De façon stupéfiante, l'Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) a publié ce mercredi un rapport selon lequel le bisphénol A, ou BPA, un perturbateur endocrinien avéré qui modifie le métabolisme, ne présente pas de risque pour la santé du consommateur, quel que soit l'âge de celui-ci, et ce, à tous les niveaux d'exposition actuels.

Comment une agence de santé dont le rôle est donc de protéger la santé des Européens peut-elle balayer d'un revers de la main les multiples études qui vont dans le même sens, celui de la nécessité d'une mise en garde ?

À commencer par les recommandations de l'Agence nationale française de sécurité sanitaire des aliments (Anses) qui, dans son rapport daté de 2013, réclamait un niveau d'exposition au BPA 160 fois plus faible que celui proposé par l'EFSA ?

Lobbies

Le rapport de l'EFSA pourrait laisser penser que ce qui préside à l'émergence de nombreuses maladies n'est autre qu'une loterie, et que l'impact environnemental des contaminations et pollutions diverses, comme au BPA, est négligeable pour notre santé.

Mais alors, comment expliquer l'explosion des cancers ? Cinquante mille nouveaux cas détectés en France en 1980 contre trois cent cinquante mille aujourd'hui avec une forte croissance des cancers chez l'enfant, sans parler des problèmes croissants d'infertilité chez l'homme ?

Comme si nous n'avions pas retenu les leçons du passé... En effet, combien de temps a-t-il fallu pour s'apercevoir que des produits industriels présentés comme miraculeux en leur temps - l'amiante, les PCB - étaient en fait des poisons ?

Concernant le rapport de l'EFSA sur le bisphénol A, difficile de ne pas s'interroger sur le rôle qu'ont pu jouer les lobbies industriels gros utilisateurs de BPA... Aux politiques de prendre maintenant leurs responsabilités et les bonnes décisions en s'appuyant notamment sur les analyses de notre agence sanitaire française.

DR LAURENT CHEVALLIER

Aucun commentaire